Accueil Présentation Dystrophie myotonique Équipe Essais cliniques Publications récentes Offres d'emploi Contacts English version

Mot du Directeur Informations Recherches Nouvelles Essais cliniques Associations mondiales

Données épidémiologiques - Formes de dystrophie myotonique - Transmission de la dystrophie myotonique - Signes de la dystrophie myotonique 

Gènes responsables - Diagnostic de la dystrophie myotonique - Risques de la dystrophie myotonique - Traitement de la dystrophie myotonique

 

    Il existe actuellement 3 formes de dystrophie myotonique : la dystrophie myotonique de type 1 (maladie de Steinert), la dystrophie myotonique de type 2 et la dystrophie myotonique de type 3. Chacune de ces formes est causée par des mutations dans des gènes différents.

Le gène de la dystrophie myotonique de type 1 ou maladie de Steinert

    L'anomalie génétique responsable de la dystrophie myotonique de type 1 a été identifiée en 1992. Elle est localisée sur le chromosome 19, c'est-à-dire sur un chromosome qui n'est pas impliqué dans la détermination du sexe de l'individu. Le gène a été identifié et dénommé gène de la myotonine protéine kinase. Ce nom provient du fait que ce gène porte l'information pour produire une enzyme qui appartient à la famille des protéines kinases.

    Chaque gène est composé de trois parties : une région que l'on nomme promotrice (bleu). Cette région est responsable l'expression du gène dans les tissus et de sa régulation. Cela signifie que cette région va faire en sorte qu'un gène puisse être exprimé dans le muscle mais pas dans le cerveau par exemple. Cette région contrôle aussi le niveau d'expression du gène qui fait qu'un gène peut être activé ou inhibé en fonction de l'environnement. La deuxième région porte l'information pour la production de la protéine (vert) et la troisième région qui se trouve à l'extrémité du gène (gris) a un rôle assez mal connu. L'anomalie génétique responsable de la dystrophie myotonique se trouve dans cette troisième région.

 

 

    Figure 2 : Le gène de la dystrophie myotonique de type 1. Le gène comprend une région responsable de l'expression et de la régulation du gène (bleu), une région contenant l'information pour la synthèse de la protéine (vert), et une région 3' non codant e dont le rôle n'est pas bien connu (gris).

 

    Pour comprendre l'anomalie génétique, il est nécessaire de faire un rappel sur la composition des gènes. Les gènes peuvent être comparés à l'alphabet c'est-à-dire qu'ils sont faits de lettres. L'alphabet des gènes est constitué de 4 lettres A, T, C, G. qui se répètent dans un ordre variable. Ces lettres servent à former des mots. En génétique, tous les mots ont la même longueur et sont composés de 3 lettres (exemple ATC). Dans la dystrophie myotonique, le mot impliqué est CTG. Dans la population normale, ce mot dans le gène de la dystrophie myotonique est répété plusieurs fois mais toujours moins de 40 fois (CTG-CTG-CTG-CTG-etc..). Dans la maladie, pour une raison encore mystérieuse, le nombre de répétitions augmente et peut atteindre 3,000 à 5,000 fois. C'est l'anomalie responsable de la dystrophie myotonique de type 1.

Le gène de la dystrophie myotonique de type 2

    L'anomalie génétique responsable de la dystrophie myotonique de type 2 se trouve sur un gène, localisé sur le chromosome 3, qui code pour une protéine appelée : ZNF9.

    Afin de bien comprendre la localisation de l'anomalie génétique, il est nécessaire de faire un court rappel sur la structure des gènes. Les gènes, comme mentionné au paragraphe ci-dessus, sont constitués de 4 lettres qui se répètent dans un ordre variable. Les gènes comprennent des portions qui contiennent l'information pour synthétiser la protéine (ces portions sont appelées exons) et des portions qui ne contiennent aucune information pour la synthèse d'une protéine, ces parties du gène sont appelées intron. Les gènes sont situés dans le noyau des cellules et l'information pour la synthèse d'une protéine spécifique qu'ils contiennent doit être acheminée à l'usine de production protéique qui se trouve dans le corps cellulaire de la cellule. Le transporteur de l'information s'appelle l'ARN messager (ARNm).

 

Figure 3 : Structure d'un gène et du mode de maturation. Le gène représenté est composé de 4 exons (violet) et de 3 introns (vert). Il est dans un premier temps, il est traduit en un ARN précurseur qui contient les exons et les introns. Dans un deuxième temps, les introns sont éliminés et les exons se raccordent bout à bout pour former l'ARN messager (ARNm) qui va porter l'information contenue dans le gène vers l'usine de production de protéines qui se trouve dans le cytoplasme.

La transmission de l'information portée sur un gène à l'usine de synthèse protéique s'effectue de la manière suivante :

  • L'information est transmise du gène sur le précurseur du transporteur dans le noyau. Le transporteur contient toutes les parties du gène incluant les exons et les introns.

  • Dans une seconde étape, le transporteur élimine les introns dans le noyau et devient le messager (ARNm). Ce phénomène porte le nom d'épissage.

  • L'ARNm quitte le noyau et se porte l'information à l'usine responsable de la production des protéines.

  • La protéine est alors produite.

Figure 4 : Le gène responsable de la dystrophie myotonique de type 2 est bien traduit en ARN précurseur et en ARNm. Cependant les introns 1 qui contiennent l'anomalie génétique s'accumulent dans les noyaux.  L'anomalie génétique responsable de la dystrophie myotonique de type 2 est une répétition du mot CCTG laquelle est localisée dans un intron, c'est-à-dire dans une partie du gène qui ne contient pas d'information pour la production d'une protéine. Cet intron contenant l'anomalie génétique s'accumule dans le noyau des cellules.

Le gène de la dystrophie myotonique de type3

    Le gène responsable de la dystrophie myotonique de type 3 n'est pas identifié à ce jour. Des études de liaisons géniques semblent indiquer que le gène serait sur le chromosome 16. Une étude publiée en 2004, laissait penser que le gène responsable de la forme DM3 retrouvée dans une famille française se trouvait sur le chromosome 15. Ces résultats n'ont pas été confirmés par la suite.

Département de génétique humaine

2705, Boulevard Laurier. RC-9300. Québec (Québec) Canada. G1V 4G2. Téléphone: +1 (418) 654-2186. Télécopie: +1 (418) 654-2207.

Courriel: sec.genetique@crchul.ulaval.ca

Institut de Réadaptation en Déficience Physique de Québec

525, Boulevard Hamel. Québec (Québec) G1M 2S8

Téléphone : 418-529-9141

 

Site web developpé et produit par Manaf Bouchentouf
© Jack Puymirat